Agence de Presse Yéménite (SABA)
  Page principale   le président   Locales   L‘agression saoudienne contre le Yémen   Sur l‘agence   Tourisme   Sur le Yémen  
Recherche | Recherche avancé
 
  Locales
L'equipe de Wahda bat celle de 22 Mai dans les finales du tournoi de 17 Octobre
[Samedi 20 Octobre 2018]
Tourisme organise une manifestation devant l'ONU pour dénoncer le ciblage du secteur du tourisme
[Vendredi 19 Octobre 2018]
Le cyclone Luban se dirige vers Aden: NMC
[Vendredi 19 Octobre 2018]
La police arrête neuf accusés de vol forcé
[Vendredi 19 Octobre 2018]
Un fonctionnaire du FM rencontre le représentant résident de la FAO
[Jeudi 18 Octobre 2018]
 
  L‘agression saoudienne contre le Yémen
L'armée repousse une tentative d'infiltration des mercenaires à Taïz
[Lundi 22 Octobre 2018]
L’artillerie de l’armée américaine obstrue les rassemblements de soldats saoudiens à Jizan
[Lundi 22 Octobre 2018]
L'armée mène une offensive sur des sites de mercenaires de la coalition d'agreession à Bayda
[Lundi 22 Octobre 2018]
Les drones de l'armée attaquent les troupes de la coalition d'agression à Najran
[Lundi 22 Octobre 2018]
L’artillerie de l’armée cible les rassemblements de mercenaires à Hajjah
[Lundi 22 Octobre 2018]
 
  Economie
L'Association pour la protection des consommateurs lance programme sur la sécurité des aliments et l'environnement
[Dimanche 07 Octobre 2018]
Le bureau exécutif à Bayda a discuté du niveau de performance du travail
[Dimanche 07 Octobre 2018]
1er Festival du café yéménite, le chocolat conclu dans la capitale
[Jeudi 04 Octobre 2018]
Analyse des offres de bons du Trésor au-delà de 198 YR à la Banque centrale du Yémen
[Jeudi 04 Octobre 2018]
Le maire de la capitale inspecte des travaux d'asphalte dans plusieurs quartiers de la capitale
[Jeudi 04 Octobre 2018]
 
  Enquêtes et reportages
L'armée inflige aux mercenaires de l'aggression payés par les saoudiens lourdes pertes Durant les dernière 24 heures
[Samedi 13 Octobre 2018]
Rapport : L'armee infilige aux mercenaires payés par les saoudiens grandes pertes duarnt les dernières 24 heures
[Mercredi 10 Octobre 2018]
Armee frappe militaire sites dans Jizna, Najran : Report
[Jeudi 04 Octobre 2018]
Le ministère de l'Intérieur révèle des informations sur une cellule d'espions larguée travaillant pour le renseignement des EAU
[Samedi 29 Septembre 2018]
Atelier à Sanaa sur la mise à jour du dictionnaire de la langue des signes au Yémen
[Vendredi 28 Septembre 2018]
  Enquêtes et reportages
Sonner l'alerte…Trafic de drogues et d'enfants au Yémen
[Vendredi 24 Octobre 2014]

Le phénomène de la contrebande de drogues au Yémen est considéré l'un des questions troublantes et dangereuses à la fois au niveau gouvernemental et populaire, en dépit de certains discours sur l'existence de motifs pour la contrebande, en terme de l'absence de nombreux médicaments essentiels dans le marché intérieur.

Des études récentes indiquent que la proportion de médicaments de contrebande qui entrent dans le territoire yéménite, qui est estimée à 60 % de la quantité importée officiellement.

La taille totale estimée des quantités importées des médicaments d'une façon informelle est entre 37-50 % du volume total de l'offre sur le marché.

Des médicaments essentiels comme les tranquillisants et ceux concernant des maladies cardiaques et d'autres ne sont pas disponibles au ministère de la Santé publique et de la Population et ne sont pas non plus autorisés à être importés, et les entreprises qui produisent ces médicaments n'ont pas d'agents au Yémen, donc certains personnes effectuent des opérations de contrebande de ces médicaments.

"Le total des médicaments de contrebande qui arrivent au marché yéménite a été estimé à 176 types.

L'Autorité Suprême de la Drogue a enregistré la présence de 46 types pharmacologiques des médicaments falsifiés "

Statistiques

Selon les statistiques de l'Autorité Suprême de la Drogue, le total des produits de contrebande pharmaceutiques qui entrent au marché yéménite se sont élevés à 176 variétés.

L'autorité a également enregistré 46 variétés pharmacologiques falsifiés, tandis que l'Association de protection des consommateurs estime que ce nombre peut arriver jusqu'à 291 variétés.

L'Arabie Saoudite occupe la première place parmi les pays, duquel on fait passer les médicaments en contrebande des drogues au Yémen , d'un taux estimé à 73 variétés, suivie par l'Egypte d'un taux de 67 variétés.

Selon le témoignage des pharmaciens, la majorité des médicaments falsifiés, qui existent au Yémen sont en provenance de l'Inde et de la Chine.

Le danger de médicaments de contrebande et ceux falsifiés réside dans le fait que ces médicaments se transforment en métiers toxiques et dangereux pour la santé humaine, en raison de la perte d'efficacité - en particulier les vaccins, après avoir été exposés à de mauvaises conditions de stockage.

Pénalités

Dans une étude réalisée par, Dr Abdo Hdioh, les dangers des drogues falsifiés et de contrebande, résident dans la survenue de complications de santé, y compris l'insuffisance rénale, les maladies gastro-intestinales, et celles ayant effets sur le système immunitaire et peut-être les cancers les plus dangereux.

Le ministre de la Santé publique et de la Population, Abdel Karim Rasa'a, a indiqué que le gouvernement est sérieux dans la lutte contre les phénomènes de la fraude commerciale, la contrefaçon, la contrebande, car il affecte la nourriture, les médicaments et les divers biens, qui sont considérés parmi les sources les plus importantes de menace pour la santé publique.

Le ministre a annoncé lors de sa participation dans une festival organisée à l'occasion de la Journée mondiale des droits des consommateurs l'engagement du gouvernement à publier la loi de la pharmacie et de la médecine, dont les peines contre les contrebandiers peuvent être la condamnation à mort.


Loi perdue contre le trafic d'enfants

Encore les enfants au Yémen ont moins de chance que d'autres en provenance des pays arabes et du Moyen-Orient dans les aspects de soin, de l'attention et de l'application de la loi sur les droits de l'enfant, signée par le Yémen et ratifiée, et ils sont encore le segment le plus vulnérable à la mort, à la négligence, à la violence et à la discrimination.

Selon les rapports internationaux, près de 50 % de la population ont moins de 15 ans, soit la moitié de la population du Yémen, et plus de 35 % de la population du Yémen sont pauvres.

Le taux de mortalité infantile «de moins de 5 ans» et celle maternelle au Yémen est le plus élevé parmi les pays du Moyen-Orient, outre le taux des enfants au Yémen est à la tête de la liste des enfants du monde, qui sont des victimes exposés à la violence, au mariage précoce, au trafic et d'autres problèmes.

Cela motive le gouvernement yéménite à prendre en priorité des mesures pour remédier à ces problèmes concernant les enfants, en particulier après la signature et la ratification d'un certain nombre de conventions internationales et régionales à cet égard, notamment la Déclaration des droits de l'enfant.

Il y a aussi nombreux organisations internationaux et de la société civile qui travaillent en vue d'atteindre un environnement sûr pour l'enfant yéménite et d'arracher ses droits selon les dispositions des conventions internationales, approuvées par le Yémen, dont les plus importantes l'organisation "Save the Children" et celle de l'UNICEF.

Dans le début de cette année, l'Organisation des Soins des Enfants a lancé une campagne pour chaque enfant dans le cadre du projet "Du local au global", en vue d'atteindre les environnements sûrs pour les enfants du Yémen, via la création de plusieurs événements, cours et campagnes de sensibilisation visant à atteindre et à mobiliser le soutien pour les questions relatives aux enfants et pour permettre aux enfants de changer leur monde.

Loi insuffisante

Selon le Président du tribunal pour mineurs dans le gouvernorat de Hodeidah, le juge Abdel Karim Mansour, Il y a beaucoup de problèmes et de phénomènes étranges pour la société yéménite flottent à la surface, y compris celui du trafic, plutôt la vente d'enfants.

Il a noté qu'on a trouvé un certain nombre de questions, à savoir la vente d'enfants par les parents pour avoir de l'argent et pour la recherche de bien vivre, et cela pose un grand danger pour l'enfant et même pour la collectivité, où l'enfant est exposé à plusieurs abus et à l'exploitation par les contrebandiers et par d'autres personnes.

Il a noté que ce phénomène se propage dans un certain nombre de gouvernorats, y compris ceux d'Hodeidah et de Hajja, ajoutant que les parents, la communauté et les autorités compétentes, assument la responsabilité, que la loi est encore besoin de revoir les dispositions de sanctions de cas de contrebande, de la criminalisation des trafiquants et des exploiteurs d'enfants.

L'enfant reste dans l'ensemble de ces questions et ces violations être la victime, il est de l' injuste de le considérer comme un criminel et si l'enfant a retrouvé un environnement adéquat, sûr et cohérent, il ne sera pas l'une des parties de crime.

Des raisons économiques

Pour sa part, le procureur des délinquants dans le gouvernorat de Hodeidah, Sanad Abdallah Ahmad, a indiqué que l'un des problèmes rencontrés par les enfants, y compris l'exploitation, la violence et la contrebande sont des questions, qui ne concernent seulement les autorités compétentes et de la magistrature, mais aussi la communauté locale et internationale.

Il a lié ces problèmes et violations contre les enfants à un certain nombre de causes, dont la principale est la famille, ajoutant qu'il y a d'un certain nombre de raisons, y compris la situation économique, l'absence de foi religieuse et morale, dont les causes de la majorité sont économiques.

Il a souligné qu'on doit unifier les efforts de plusieurs organismes gouvernementaux et de la société civile pour élaborer des solutions appropriées pour le bien des enfants, qui doivent vivre dans un environnement sûr et soigné.

Il a ajouté qu'on doit élaborer des plans stratégiques par le gouvernement et mener des études approfondies dans ces cas, afin de trouver des solutions et sensibiliser la communauté pour réduire ces problèmes via la mise en place d'un certain nombre de cours et séminaires visant à sensibiliser la communauté, les individus, les autorités compétentes et les équipes sur les connaissances, les concepts et les compétences nécessaires concernant les droits des enfants et la façon de traiter leurs affaires.

Responsabilité de chacun

La consultante de la protection au sein de l'organisation de l'UNICEF et des soins des enfants, Mme. Aisha Saïd, a précisé que beaucoup de ces enfants sont vulnérables aux abus, à l'exploitation, à la négligence et à la violence, que ce soit par la famille ou par la communauté.

Elle a ajouté que à notre tour, nous sensibiliserons et enseignerons les enfants et leurs familles, sur le droit de l'enfant et construirons leurs capacités et les aiderons à faire face à ces problèmes, où nous travaillons à les équiper et à les introduire aux questions, aux droits des enfants et à la façon d'aider les enfants.

Elle a ajouté: le Yémen est l'un des pays qui ont signé et ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant, mais on doit activer la convention et cela est la responsabilité de tous, et non pas seulement de l'Etat, cela est la responsabilité de la société, des institutions de la société civile, des individus, des autorités compétentes pour limiter ces problèmes et pour que notre enfants vivent dans un environnement décente et de sécurité.

Enfants sont le future du Yémen

Le directeur adjoint des programmes de protection au sein de l'Organisation des Soins de l'enfance, M. Ali Al-San'aani, a indiqué que les indicateurs de décès d'enfants de la malnutrition, de la violence, de l'exploitation et de la contrebande au Yémen occupent hauts rangs avancés, ce qui constitue un danger réel et direct aux enfants au Yémen, qui sont considérés comme l'avenir du Yémen et sa structure humaine.

Il a précisé qu'on doit intensifier les efforts pour la réduction de ces indicateurs et de faire plus de soutien local et gouvernemental pour cela.

Il a jouté que nous sommes dans l'organisation des Soins pour l'Enfance organisons d'un certain nombre de programmes de sécurité, des cours de formation et de sensibilisation visant les individus, la collectivité locale et les autorités compétentes et pertinentes pour les enfants, afin de les sensibiliser sur les concepts correctes concernant les droits des enfants et la façon de traiter leurs dossiers, en les soumettant aux cotés concernes et en les donnant l'aide et le conseil, pour la réduction de ces problèmes.

Traduit par: Ahmad Al-Mutawakel-Majid Al-Jabery

Saba
  plus d'information (Enquêtes et reportages)
Mis a jour le: Lundi 22 Octobre 2018 21:44:33 +0300