SABA - Yemen news agency

Print date: 11-12-2017
Article link: http://www.sabanews.net/ar/news440627.htm
  Enquêtes et reportages
Le rôle américain dans l'agression sur le Yémen
[18/Septembre/2016]
SANA'A, 18 Sept. (SABA)- L’implication américaine dans l'agression saoudienne sur le Yémen continue à faire couler beaucoup d'encre. Les Américains eux-mêmes en parlent.

Le chercheur dans le conseil américain des Relations Etrangères, Micah Zenko, a affirmé que « le président américain Barack Obama est capable de mettre fin directement aux frappes aériennes contre le Yémen, s’il suspend le soutien massif, direct, urgent et vital des Etats-Unis à l’Arabie saoudite ».

Un an auparavant, Zenko avait également évoqué l’aide américaine octroyée à l’Arabie dans son agression sur le Yémen. Il a cité l’approvisionnement en carburant des avions saoudiens, les opérations de secours des pilotes saoudiens, l’envoi de 54 analystes de renseignements pour repérer les cibles à frapper, la hausse des exportations d’armes US…

Pour sa part le Congrès américain a fait état la semaine dernière d’un contrat de vente d’armes à l’Arabie dont le coût dépasse un milliard de dollars. Il s’agit de 120 chars de type Abrams et de 20 véhicules de sauvetage. Notons que des dizaines de chars Abrams ont été détruits par l’armée yéménite et les combattants d’Ansarullah lors de leurs opérations au-delà des frontières.

Il convient également de noter que le début de l'agression contre le Yémen (26 mars 2015) avait été annoncé par l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis.

Un des responsables du Pentagone a expliqué : « Il faut encourager les Saoudiens dans leur intervention au Yémen. Mais nous n’allons pas envoyer notre armée là-bas ».

Cette déclaration résume la stratégie américaine qui consiste à intervenir dans des guerres par procuration. D’où le soutien infini et illimité accordé par l’administration américain à Riyad dans son agression sur le Yémen.

Le résultat est un bénéfice net pour l’administration américaine. Cette dernière réalise ses intérêts en menant une guerre contre l’axe de la résistance, sans le moindre besoin de dépêcher son armée ou de dépenser des milliards de dollars.
La source: le site al-Manar.
AS