SABA - Yemen news agency

Print date: 16-12-2018
Article link: http://www.sabanews.net/ar/news350231.htm
  Enquêtes et reportages
Le Yémen et le trafic d'enfants
[24/Avril/2014]

SANA'A, 24 Avril (SABA)- La vente d’enfants est une infraction extrêmement rare au Yémen.

Aucun tribunal yéménite n’a eu jusqu’à présent à connaître d’un tel délit, mais les lois nationales contiennent des dispositions qui érigent en infraction la vente d’enfants, le but étant de prévenir, le cas échéant, cette pratique est de punir ceux qui s’en rendent coupables.

Selon les rapports internationaux, la moitié de la population du Yémen, près de 50% de la population , ont moins de15 ans, et plus de 35 %de la population du Yémen sont pauvres.

D'autres part le taux de mortalité des enfants «moins de 5 ans» et la mortalité maternelle au Yémen sont plus que les pays du Moyen-Orient.

En outre, les enfants du Yémen sont au sommet de la liste des enfants du monde les plus en violation de leurs droits et qui sont exposés à la violence, le mariage précoce, le trafic des enfants et d'autres problèmes, rendent le gouvernement yéménite a mis une haute priorité à prendre des mesures pour remédier à ces problèmes concernant les enfants, en particulier après la signature et la ratification d'un certain nombre de conventions internationales et régionales en ce qui concerne notamment la Déclaration des droits de l'enfant.

Selon Omar Al- Zabidi, chercheur spécialiste Saoudien dans l'affaire de trafic d'enfants, qui a commencé à analyser les informations et a constaté que l'aspect le plus difficile de ce fichier dans le complexe. De nombreux enfants de Sana' a, capitale du Yémen, et des autres gouvernorats yéménites sont obligés par leurs familles à travailler comme des mendiants à l’intérieur ou à l’extérieur du pays par exemple dans le Royaume d'Arabie 'Saoudite .

On parle de trafic d'enfants dès que ceux-ci sont déplacés à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières par la force, la coercition ou la ruse sont placées dans des situations où ils sont exploités économiquement ou sexuellement . Les enfants victimes du trafic des enfants peuvent être exploités comme enfants soldats, travailleurs agricoles, domestiques, etc.

Les trafiquants, qui détiennent des enfants à récolter des millions de riyals, exploitent souvent l'extrême pauvreté des parents, tout en leur faisant croire qu'il s'agit d'une occasion par laquelle leur enfant aura la possibilité d'acquérir une formation professionnelle et une source de revenu. Dans de nombreux cas, les enfants faisant l'objet de trafic, ont perdu l'un ou l'autre de leurs parents sinon les deux.

Le trafic sert ici un marché du travail nécessitant une main d'œuvre peu qualifié surtout pour servir de domestique et la prostitution.

L’exploitation des enfants profite de la pauvreté, de la situation familiale et de l’ignorance qui détermine également la nature du trafic basé sur la tromperie, l'esclavage pour dettes et les disparités économiques. Les enfants victimes de trafic servent la prostitution, la mendicité et le petit commerce de rues. Au Yémen, les enfants finissent comme serviteurs ou combattants de milices armées.

Rédigé par/ Fouad Al-Haidari