SABA - Yemen news agency

Print date: 16-07-2018
Article link: http://www.sabanews.net/ar/news347253.htm
  Enquêtes et reportages
Le Chef de l'Etat accorde une interview au journal de Londres "Al-Hayat"
[02/Avril/2014]
SANA'A, 02 Avril (SABA)- Le journal de Londres Al-Hayat a réalisé une interview avec le Président de la République, Abdu Rabou Mansour Hadi, en marge de sa participation au Sommet arabe de Koweït , voici le texte de l'interview :

M. le Président , il n'y a pas de doute que vous avez assumé la responsabilité du pays dans des conditions d'une extrême complexité et pris des mesures concrètes en termes de garder la sécurité et la fondation d'une nouvelle ère . Pensez-vous que le Yémen après plus de trois ans depuis le déclenchement de la crise aiguë , a dépassé le danger ?

- Certes , le Yémen a surmonté de bon nombre des dangers qui l'a presque mené à une longue guerre civile , et on peut dire aujourd'hui qu'il a retrouvé un grand nombre d'exigences de sécurité et de stabilité ont été réalisées , mais cela ne signifie pas que le danger est complètement a terminé , les groupes violents armés constituent encore une menace pour la sécurité et la stabilité du Yémen , en particulier que ces groupes sont encore soutenus par l'étranger .

Mais , ils doivent savoir que les yéménites ont renoncé à la violence et adoptent le dialogue , et que tout les projets de la violence ne seront pas acceptés le peuple yéménite, mais tous ceux qui soutiennent ces projets doivent mettre l'arme et se rendent leurs armes lourdes à l'Etat et, comme c'est le cas de la plupart des yéménites ,ils doivent être alignés au dialogue, à la paix et à la construction à l'état civil moderne .

Quand prévoyez-vous la réalisation de la real reste des étapes nécessaires à accomplir le processus de transition , jusque à l'opération d'élections?

Après avoir formé un comité de la rédaction de la constitution , nous pouvons dire que nous avons commencé le compte à rebours pour la fin de la période de transition , et nous espérons que nous aurons opéré le référendum sur le projet de constitution avant la fin de l'année .

En dépit de la fin de la conférence de dialogue national et de l'accord de rédiger une nouvelle constitution , « certain factions du Mouvement du sud », qui représentent une présence sur le terrain refusent encore de résultats du dialogue , et s'attachent à la séparation du sud ... ce refus pourrait continuer à être un obstacle à la mise en œuvre des résultats du dialogue et de l'application la nouvelle forme de l'Etat ?

Personne ne peut pas se prétend représenter le sud , certaines factions du mouvement du sud ont contribué au dialogue , tandis que d'autres factions ont boycotté .

La contribution des participants a eu un grand rôle dans le succès du dialogue , en particulier en ce qui concerne le dossier du "cas que le Sud" qui a réalisé un suces meilleurs de celui qui avait atteint par l' accord d'unité ou le document du Pacte et de l'Accord .

Les gains des citoyens des fils des provinces du sud à la conférence du dialogue les ont remit la considération , et les ont rendu les droit de la récente époque.

Par conséquent , nous espérons que les interrupteurs seraient réalistes , et se participe au processus politique soutenu par la communauté internationale et régionale et du monde entier .

De nombreuses préoccupations se posent en ce qui concerne l'adaptation du système de l'état fédéral , à la lumière des disparités sociales et les divisions situées , ce qui rend certains d'entre eux estiment que la division du pays en régions est ne représente qu'une pas premier vers un fragment , et , au mieux, mènera à élever un nouveau type de lutte pour de ressources et des richesses . Comment réagissez-vous à ces préoccupations ?

Le système des régions maintiendra l'unité du Yémen , et ont doit savoir que la centralisation avait porté préjudice à l'unité et presque l'avait détruit , mais la révolution pacifique populaire des jeunes a présenté en temps opportun pour revivre l'espoir de corriger le cours de l'unité yéménite , ce qui motive la conférence du dialogue d'être soucieux de le réaliser via le système des régions qui permettra de renforcer l'unité yéménite.
Beaucoup de pays dans le monde adopte d'un tel système , et ces pays restent encore unifiés, sophistiqués, avancés et riches .

Quels sont les motifs sur lesquels ont a divisé la pays en six régions , et pourquoi vous renoncent à la proposition des deux régions , qui a été adopté par le Parti socialiste ? est ce que cette proposition représente une prélude à la séparation du Sud , tel que décrit par les opposants ?

On a choisi la proposition de six régions pour renforcer l'unité nationale et la répartition du pouvoir entre les provinces, ce qui permettra aux gouvernements des chances de succès dans la gestion de la région et l'ensemble du pays , et permettra aux régions de concurrence dans les domaines du développement , de l'économie , de l'investissement et d'autres .

On a renoncé à la proposition de deux régions dans le Comité des régions en réponse aux exigences de la plupart des fils des provinces du sud , en particulier la région orientale .

Avez-vous déjà se communiqué avec Ali Salem Al-Bidh d'un lien direct, avant au après le processus du dialogue national ou?
- Il n'y avait aucun contact direct ou indirect .

En ce qui concerne le reste des dirigeants du Sud à l'étranger , tels que Ali Nasser , Haidar al - Attas ? Est-il possible qu'ils joueront un rôle dans l'avenir du Yémen fédéral ?

- En ce qui concerne les gens du Yémen, à différents niveaux de leadership, résidant à l'étranger qui ont eu une attitude contre l'ancien régime , il n'y a plus d'empêche de les retourner à leur domicile, et nous espérons voir tous participer à la construction d'un Etat civil moderne .

Le Conseil de sécurité a adopté la résolution N ° 2140 et a formé un comité, en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies pour imposer des sanctions sur les partis entravant le processus de transition politique au Yémen .
Que pensez-vous de la faisabilité d'une telle résolution, avec la présence de la vue que la résolution avait mis le Yémen sous la tutelle internationale?

- Cette résolution est une annexe naturelle pour compléter les deux résolutions (2051.2014) du conseil de sécurité , qui est une nécessité pour soutenir la sortie du dialogue national et l'achèvement de la phase de transition .

Il était important pour menacer les empêcheurs de pénalités , en dépit du fait que nous ne voulons pas voir aucun yéménite joue ce rôle négatif .

Le soutien international au Yémen à ce stade ne constitue pas une sorte de tutelle, parce que nous possèdent notre propre décision nationale, la résolution de l'ONU No 2140 vise à renforcer le partenariat de la communauté internationale avec nous sur la route de la réalisation de la phase de transition et la transition vers la nouvelle phase .

Qui sont les parties ou les personnes empêcheurs, et qu'il est le type d'obstruction , surtout que toutes les parties engagées dans le dialogue et ont aidé à dépasser les étapes importantes à ce jour dans le processus de transition ?

- Le Comité des sanctions déterminera les empêcheurs , soit sont-ils de personnes ou de parties politiques ou sociales .
Le comité le fera à la lumière des éléments de preuve et de faits installés certitudes supportables .

Est-il possible que l'imposition d'une peine quelconque contre une partie peut causent des effets indésirables, qui peuvent aggraver la situation et alimenter le chaos ?

- Nous espérons ne pas arriver à l'étape où les yéménites seraient obligés à punir les empêcheurs, et nous espérons qu'ils changent leurs mauvaises intentions.

> Comment voyez-vous les accusations portées par les partis de la Rencontre commune contre celle du congres général du peuple prétendant que cette partie met des obstacle à la réalisation de la phase de transition ?

- Nous n'avons pas entendu sur les accusations portées par les partis « JMP » à son partenaire dans la décision « CPG » , ici, c'est la phase de transition est presque terminé avec succès grâce à un partenariat responsable entre les parties , que ce soit au gouvernement ou à la présidence du dialogue .

En ce qui concerne le conflit qui fait rage entre les groupe houthis et les tribus fidèles au parti d'Al- Islah et les salafistes? Est-ce que l'Etat a un plan pour prendre le contrôle de ces affrontements et des hostilités qui s'étendait enfin à la proximité de la capitale Sana'a ? pourquoi vous vous contentent d'envoyer une commissions présidentielle de médiation ?

Nous sommes soucieux de travailler d'une manière d'envoyer des commissions présidentielles pour éviter tout conflit et pour confirmer que l'État dans ce nouveau ère préfèrent recourir à la méthode du dialogue et éviter l'effusion de sang dans la résolution de problèmes .