SABA - Yemen news agency

Print date: 19-04-2018
Article link: http://www.sabanews.net/ar/news240899.htm
  Enquêtes et reportages
La guerre en cours et les efforts du Yémen sur la lute contre Al-Qaïda
[08/Mai/2011]
SANA'A, 08 Mai (SABA)-La guerre contre le terrorisme a pris un tournant décisif, vu l'assassinat du leader d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, qui a représenté un coup sévère à l'organisation qui représente une menace pour de nombreux pays à travers le monde entier.

On s'attend à ce que les partisans de Ben Laden se vengent pour confirmer leur présence, même après le départ de leur chef historique, qui a été tué dans une opération spéciale menée par la CIA près de la capitale pakistanaise Islamabad, ce qui souligne la nécessité de poursuivre les efforts internationaux pour combattre le terrorisme.

Il y a dix ans que le monde a mené une guerre sans merci contre "Al Qaïda" et il y a de nombreux doutes qui surgissent devant cette guerre, en dépit de s'échouer la réalisation de l'objectif principal, mais de jour en jour, on prouve que cette guerre est nécessaire.

Le Yémen est l'un de plupart des pays arabes qui ont souffert et - encore - de l'expansion d'Al-Qaïda et de ses activités visant la sécurité et la stabilité du Yémen, ce qui a obligé le gouvernement yéménite à se participer aux efforts internationaux pour lutter contre "Al-Qaïda", d'autant plus que l'image du Yémen a été déformée au début, en raison qu'il a été considéré parmi les sources du terrorisme et parmi les pays qui pourraient être ciblés par les américains.

Dans le contexte de corriger l'image déformée du Yémen, le Président de la République, Ali Abdallah Saleh, a accéléré à se rendre en Amérique en novembre 2001 et cette visite a représenté un changement majeur dans la position américaine, car le Yémen est devenu un allié de l'Amérique dans la guerre contre le terrorisme, ce qui a permis la modification de l'image du Yémen, qui a été tant déformée, après les deux incidents du destroyer "Cole" en 2000 et du navire français en 2002.

De nombreux observateurs estiment que le Président de la République, Ali Abdallah Saleh, a été en mesure d'attirer l'attention de l'Amérique et de la France sur la nécessité d'un soutien logistique au Yémen pour promouvoir son rôle actif dans la lutte antiterroriste, en particulier son appel à la création de la police des garde-côtes, qui fournissent des services de la sécurité dans la ligne maritime internationale sur la côte du Yémen à laquelle les navires étrangers ont été attaquée par Al-Qaida.

En fait, l'appel a été rapidement répandu, le commandant en chef des forces américaines dans le Golfe, le général Tommy Franks a déclaré après 11 jours de l'incident du Limbourg que l'Amérique aidera à créer le service des forces des garde-côtes du Yémen qu'il sera chargé, selon lui, d'affronter les" infiltrations terroristes" en première classe.

Malgré la contribution des américains dans la formation et la réhabilitation des forces spécialisées dans la lutte contre le terrorisme, et pour obtenir un soutien additionnel, le gouvernement yéménite a adopté une politique claire rejetant l'intervention américaine directe dans la guerre contre "Al-Qaïda" au Yémen d'une part, et adoptant une coopération avec les Etats-Unis dans ce cadre d'autre part.

Autant que le Yémen rejette l'ingérence des Etats-Unis veulent un soutien logistique direct pour ses efforts dans la lutte contre le terrorisme

Dans le cadre de poursuivre les sources du terrorisme et réduire la marée intellectuelle d'Al-Qaida visant les jeunes hommes, le gouvernement yéménite a travaillé à mettre en oeuvre des programmes du dialogue religieux avec l'appartenance à "Al-Qaïda", afin de changer leurs points de vue extrémistes.

Le gouvernement yéménite a annelé les instituts scientifiques d'un caractère religieux, et 80 élèves, en provenance des pays arabes et étrangers, qui étudiaient dans ces institut religieux, et résident illégalement dans le pays ont été déportés en 2002, dans le cadre du suivi des autorités yéménites de suspects d'appartenance à Al-Qaïda".

Une source responsable au sein du ministère de l'Intérieur a indiqué que ces étudiants font leurs études à l'Institut de Dar al-Hadith à Marib-170 km à l'est de Sana'a et des sources de presse ont indiqué que ces étudiants qui on a décidé de les déporter sont en provenance de nombreux pays arabes.

Depuis la mi-2002, le gouvernement yéménite a commencé à cerner les éléments d'Al-Qaïda" au Yémen, avec le déploiement des forces de sécurité spécialisées à poursuivre les éléments d'al Qaïda rejetant le principe de dialogue et de la correction intellectuelle.

L'un des importantes réussites des services de sécurité est l'échec d'une tentative ciblant l'ambassade des Etats-Unis le 19 Septembre 2008.

Le commandant des forces internationales en Afghanistan, le général américain, David Petraeus, a indiqué le 29 novembre 2008 que les services de la sécurité ont déjoué l'opération, ce qui a inclus le Yémen parmi trois pays avancés dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Le gouvernement yéménite essaie d'assiéger "Al-Qaïda", qui ses opérations visent des installations pétrolières, et dans ce contexte, on a déjoué une attaque d'Al-Qaïda contre les installations pétrolières dans le gouvernorat de Hadramaout en 2006 dans une tentative visant l'économie comme une stratégie d'attrition de l'ennemi comme il le croyait.

Le rythme du partenariat yéméno-international et en particulier avec les américains dans la lutte contre le terrorisme s'est accéléré, après l'annonce de la fusion d'une sous-organisation "Al-Qaïda" au Yémen et en Arabie saoudite dans ce qui est devenu connu sous le nom "Al-Qaïda dans la péninsule arabique," l'année 2009.

Dans ce contexte, de responsables et des experts militaires et de la sécurité des Etats-Unis ont afflué au Yémen.

Le directeur adjoint de la CIA et le commandant de U.S. Central Command à Sana'a ont rencontrée en mai de la même année les responsables yéménites à Sana'a.De mémé, de pourparlers militaires yéméno-americians ont été organisés et une délégation du Congrès américain dirigé par le sénateur républicain, John McCain, a également effectuée une visite pour le Yémen en 2009.

En dépit des circonstances politiques difficiles qui ont prévalu dans le pays pendant plusieurs semaines, le processus de poursuite des éléments de "Al Qaïda" est toujours poursuite, où à peine une semaine ne passe sans un événement que le reflète.

Il est vrai que la mort de Ben Laden ne signifie pas que "Al Qaïda" a été défait, vu le désir de ses partisans de mener des opérations contre une variété d'objectifs au Yémen et à l'étranger s'augmentera certainement.

Mais cela doublera le volume de la responsabilité sur le gouvernement yéménite, qui, malgré ses conditions difficiles, est présumé de travailler pour continuer la guerre nécessaire contre "Al-Qaïda".

AM-MS