SABA - Yemen news agency

Print date: 18-06-2018
Article link: http://www.sabanews.net/ar/news240557.htm
  Enquêtes et reportages
La catastrophe de l'épuisement de la réserve d'eau d'ici à 2025
[02/Mai/2011]
Rapport édité en arabe par: Farouk Al-Kamali

SANA'A, 02 Mai (SABA)- Une étude examinée par la Conférence nationale de gestion des ressources et du développement de l'eau au Yémen qui s'est tenue les 15 et 16 janvier 2011 a averti des dangers du statut de l'eau au Yémen, en particulier en l'absence d'un changement significatif de la façon des usages de l'eau et de grave manque d'eau au Yémen avec son image "Green" et "bleu" à cause de l'appauvrissement de la réserve d'eau.

Les études et les documents présentés dans la conférence par un certain nombre d'organismes internationaux et locaux concernées au secteur de l'eau, ont révélé le volume des risques et des dangers sur la situation de l'eau au Yémen à la lumière de l'appauvrissement injuste de l'eau, prévoyant l'appauvrissement de la plupart de la réserve d'eau souterraine en 2025.

Le papier présenté par la Banque mondiale intitulé "les conséquences de la situation actuelle en l'absence de travail, a examiné ce qui se produit aux ressources en eau, à l'économie et à la société au Yémen de l'année 2025 jusqu'à celle de 2050, et cela a été conclu sur les principes d'une prospective de la non-réalisation d'un changement important au comment utiliser de l'eau.

L'étude a souligné qu'il était attendu de l'épuisement des réserves d'eau souterraine d'ici à l'année 2025.

L'étude a noté que après la dernière date, il ne sera pas disponible seulement que la nutrition annuelle s'il n'y a pas une amélioration attendue dans le processus du changement climatique, que le taux élevé de réchauffement de la planète, en plus de l'incapacité de prédire les risques d'inondations dévastatrices.

Le document traitait de l'impact de telle situation sur l'agriculture et le revenu via la baisse des taux de la production agricole et les taux de revenu allant jusqu'à 40 %.

Le document a indiqué que l'impact de cette situation sur l'économie des zones rurales seront reflétés dans la faiblesse de l'économie et des niveaux croissants de la pauvreté dans les campagnes, ainsi que l'augmentation du taux de l'inégalité, des conflits et de la migration des zones rurales vers celles urbaine, ajoutant que l'impact sur les zones urbaines s'aggravera vu la pénurie de l'approvisionnement en eau et ses prix élevés, surtout pour les pauvres.

L'étude a souligné que la pénurie d'eau touchera toutes les personnes via des coûts élevés des projets d'infrastructure de l'eau et le déclin du taux de la production nationale totale de l'agriculture, ce qui touchera les prix des denrées alimentaires, la sécurité alimentaire, qui à son tour se traduira sur la détérioration du prix de devise.

Le document a indiqué que ces résultats ne sont pas inévitables tant qu'il y a des options qui peuvent sauvent la situation si le Yémen a décidé d'apporter des changements essentiels dans la gestion de l'eau, soulignant que ces changements nécessitent l'engagement, la volonté politique et la participation de tous, appuyé par de grands projets d'investissement.


"Green" et "bleu"

Pour sa part, un professeur à l'Université du Roi à Londres, à la Faculté des études orientales, a présenté une étude intitulée "le dilemme de la gestion de l'eau au Yémen" qui a noté les défis politiques devant la promulgation des lois pour le secteur de l'eau et ses applications au Yémen, soulignant que le manque de tant quantité de l'eau au Yémen à son image "verte" et "bleu" pour répondre aux besoins de l'augmentation de la croissance démographique.

Il a fait remarquer que le problème approvisionnement en eau au Yémen est le résultat de trois facteurs principaux, l'un est le taux élevé de la demande en eau de manière significative, l'autre est la répartition de l'eau souterraine à des fins d'irrigation au cours de la soixante-dix et quatre-vingt du siècle dernier, et la troisième est le manque du potentiel de l'économie, ce qui permet à l'économie de s'adopter aux résultats du deuxième facteur via le fournissement des coûts de dessalement de l'eau et l'attribution des quantités de l'eau utilisée à des fins de l'irrigation à d'autres domaines plus importants.

Il a souligné que le défi de la réallocation de l'eau est le plus difficile dans la région, expliquant que d'autres pays de la région ont une économie rentière aidant à supporter les coûts de l'importation de grandes quantités d'eau, et des coûts d'établissement et du fonctionnement de l'infrastructure des services d'eau pour les usages domestiques et industriels.

Eau des inondations

Une étude d'un autre chercheur étiqueté "la gestion de l'eau pour une distribution équitable, l'efficacité économique et la stabilité de l'environnement" a suivi la qualité des mécanismes essentiels de la distribution d'eau et de systèmes d'irrigation via l'utilisation des eaux dans les plaines de la Tihama, au Yémen.

L'étude a soulevé une question sur la qualité des politiques visant à contrôler l'administration locale de l'eau au Yémen, ce qui assurera l'égalité sociale entre les consommateurs d'eau et les moyens qui peuvent maintenir les ressources en eau globale au Yémen de la meilleure façon possible. La Gestion et la gouvernance.

L'étude a présenté des propositions sur la possibilité de la ré-conception du processus de la gestion (gouvernance) de l'eau afin d'assurer l'égalité sociale et l'utilisation équitable de l'eau dans un environnement durable à travers la comparaison exacte avec d'autres zones similaires en Erythrée et au Pakistan.

Elle a expliqué qu'en ce qui concerne l'égalité sociale du processus de la distribution de l'eau des vallées de Zabid et de touban, le processus de la distribution équitable et de l'utilisation des l'eau a été menacé par le risque de la croissance agricole via la construction de barrages et du creusement de puits, vu le manque d'une répartition équitable des bénéfices de cette croissance.

Elle a souligné que le problème de la répartition équitable de l'eau au niveau local sera accompagné par l'épuisement des ressources en eau dans un proche avenir, notant que l'idée de principe basée sur la règle de base du "Haut après Haut" ( la priorité pour les champs en haut de la vallée) est clairement une idée logique en termes de la possibilité de cultures Légumes (les plus gros consommateur d'eau) dans les lieux assurant sa prospérité et sa récolte, et que cette règle devrait être poursuivi pour former le principe de règles de répartition.

Modèle de travail

A cet égard, l'étude a proposée six modèles, qu'ils peuvent être utilisés pour réduire le risque d'appauvrissement du niveau d'eau et de stimuler l'utilisation durable de ces propositions à savoir:

Premièrement: On doit promulguer les lois adaptées à la situation particulière et déterminer la quantité d'eau extraite et les frais) Impôts) de l'eau, de sorte qu'ils sont basés sur la réalité des différentes régions et provenances, comme des motives et une base de leur mise en œuvre.

Deuxièmement: On doit augmenter la proportion de la capacité de prédire la taille et du montant des ressources en eau, afin de sensibiliser la population de la réalité des réserves d'eau souterrains.

Troisièmement: La nécessité de la présence continue de la "critique Construction" pour la communauté locale à accroître l'efficacité de l'utilisation de l'eau, mais en mesure que les coûts ne dépassent pas le processus de l'amélioration possible.

Quatrièmement: L'abolition du système de la centralité de la direction générale des ressources en eau, en cas de la connaissance et de l'influence, et, plus important encore que la légitimité est appartenant aux partenaires et aux intervenants locaux.

Cinquièment :L'Etat doit élaborer et des moyens de l'impôt, des tarifs et des prix qui peuvent rediriger le focus de l'activité agricole vers l'orientation traditionnelle sur les cultures agricoles en consommant moins d'eau.

Sixièment: ont doit être attribuer l'aide des donateurs pour atténuer les dommages de la période de transition et réduire la durée de son mandat, qui, souvent poursuit le processus du changement du système agricole en particulier et le système économique en général.

Traditions et Coutumes

La dernière étude a traité des mécanismes de cristallisation du processus de la conservation de l'eau au niveau local au Yémen pour certains chercheurs.

L'étude a indiqué que le Yémen a un riche héritage des coutumes et des normes qui ajustent la gestion des terres et des ressources en eau en contribuant au processus du développement des ressources en eau de surfaces et souterraines.

Elle a confirmé qu'il est possible que les cotés nationales et des gouvernants provinciales et des comités du bassin mèneront le soutien de ce processus en facilitant le processus de l'évaluation, du fournissement des informations et de la mise en œuvre effective de ces efforts selon les priorités locales.

AM-MS